2 experts du linkbuilding vous expliquent comment obtenir plus de liens pour votre site Web !

26 avril 2022

Le processus de création de liens est appelé linkbuilding. L’objectif principal de ce processus est d’augmenter la quantité et la qualité des liens entrants vers une page Web afin d’améliorer son classement dans les moteurs de recherche. C’est un des trois piliers du SEO avec le contenu et l’optimisation technique. Découvrez dans cet article les conseils de deux experts SEO qui vous expliquent comment obtenir plus de liens pour votre site web.

N.B. Cet article est un résumé de notre webinaire « Comment maîtriser le SEO B2B en 2022 ».

Nicolas ROUSSEL: On va justement sur cette partie linkbuilding. On va voir ce que c’est qu’un lien, ce qu’est le PageRank et rentrer un peu plus dans le détail, quelle va être la différence entre un backlink et des liens internes ? On va voir toute la partie cocon sémantiques et quelle stratégie adopter ?

Christophe VIDAL: Je voulais te féliciter, Nicolas, avant de dire ce que c’est qu’un backlink ou ce qu’est un link, un lien finalement. Te féliciter parce que le microcosme du SEO français appelle ça le netlinking. ce qui n’est absolument pas un terme anglais. C’est un truc inventé par nous et donc on parle bien de linkbuilding. Félicitations!

Qu’est-ce qu’un lien ?

Alors est-ce que c’est une bonne ou une mauvaise idée ? On va y venir. D’abord qu’est-ce qu’un lien ? Un lien, c’est très simple. C’est la fameuse balise href. Si on rentre dans du code informatique, c’est un élément qui, depuis une page A, fait un lien en cliquant dessus et qui va envoyer vers la page B. On va parler de backlinks et de liens externes quand on est sur deux sites différents tels que tu les as représentés ici. Mais pour moi, un lien reste un lien, qu’il soit interne ou externe, même si les niveaux de puissance peuvent être différents. Mais un lien reste un lien.

Est-ce qu’il faut faire des liens ? Et bien je vais vous répondre de manière très simple : oui, soyez généreux, faites des liens. Pourquoi vous devez être généreux et faire des liens? Je vous l’ai expliqué tout à l’heure, c’est l’essence même du moteur de recherche de Google. Il est basé sur les liens. Et ça tombe bien puisque hier, John Muller nous a fait une petite remarque. On ne va pas toujours croire ce que dit John Muller, c’est un grand communiquant de chez Google. Et souvent il raconte des bêtises. Mais là, sur le coup, il a dit un truc bien puisqu’on parlait des problématiques d’indexation. On peut se poser la question : “comment ce que je fais pour que Google découvre mes nouvelles pages” ? Et John Muller nous a dit que le meilleur moyen pour faire ça, c’était de recevoir un lien vers ces nouvelles pages plutôt que de faire n’importe quelle méthode d’indexation. Et c’est là qu’il est important de comprendre que c’est Google qui découvre les pages en suivant des liens. Les moteurs, les robots de recherche de Google, depuis le premier jour en 98, découvrent les pages des sites Internet en suivant des liens.

S’il n’y a pas de lien, Google ne découvrira jamais vos pages. Alors on peut tricher et on peut filer des sitemaps pour l’indexation. Mais Google nous le dit: le meilleur moyen de faire découvrir aux pages, c’est de les faire lier depuis d’autres sites Internet. C’est pas moi qui l’ai dit, c’est John Muller.

Fonctionnement de Google PageRank

Nicolas ROUSSEL: Le PageRank alors ?

Christophe VIDAL: Allez le PageRank on va de faire rapide. C’est la formule magique de l’algorithme de Google et c’est ce qui a fait son succès. On retourne en 98, Larry Page est en thèse et en l’occurrence lui, travaille sur un algorithme, sur une méthode qui permet de calculer la popularité des chercheurs. Ça n’a rien à voir avec les pages sur Internet, mais il va se dire “comment je sais si un chercheur est populaire ?”. Et pour savoir si un chercheur est populaire, son idée est toute simple. C’est de se dire, chaque fois qu’il y a un autre chercheur dans une de ses publications qui fait une citation vers le chercheur en question, le chercheur en question est plus populaire parce que les autres chercheurs parlent de lui. Et le PageRank, c’est ça à la base. Ce n’est pas du tout un algorithme sur Internet, c’est un algorithme pour calculer la popularité des chercheurs. Et le jour J où il lance Google avec Sergei Brin, ils disent comment, à qualité égale, ils vont différencier deux sites Internet. Eh bien c’est ça cette logique de PageRank, c’est-à-dire une notion de vote. Tu l’as dit, Alexandre, tout à l’heure, quand je fais un lien depuis un site A vers un site B, je donne un vote de confiance au site B. Et c’est ça PageRank. Alors la formule est très compliquée, mais en fait, je voulais juste vous partager très rapidement un petit simulateur de PageRank et comme ça, vous comprendrez, ça va être beaucoup plus simple. Je voulais juste vous montrer ce petit outil pour la présentation.

Nicolas ROUSSEL: Alexandre. Est-ce que tu as des conseils en nombre de liens ? Parce qu’on dit qu’il faut faire des liens ? Mais imaginons, sur une page, faire beaucoup de liens, est-ce que ça ne disperse pas dans le jus que tu peux donner aux autres pages ?

Alexandre MAROTEL: C’est un peu une question qui est proche, par exemple, quand on me demande combien de mots il faut pour se positionner sur un type de requête. Et en fait sur ce type de réponse, la meilleure réponse est ça dépend. Ça va dépendre de la compétition, ça va dépendre du mot clé. D’ailleurs, quand on fait du SEO, on a pas mal d’outils justement qui permettent de regarder ce que fait la compétition pour pouvoir justement essayer de se jauger, se positionner et la plupart du temps essayer de faire mieux que les uns que les autres. Donc en fait, ça dépend vraiment de la requête et du secteur de la compétition, du site web, de l’autorité du site. Bref, il y a pas mal de critères à regarder en ligne de compte pour pouvoir donner une réponse à ça.

Christophe VIDAL: Après pour compléter, c’est vrai que je dis qu’il faut être généreux. Si sur une page vous faites 1000 liens, vous donnez plus de puissance à personne, on est bien d’accord. Donc, il faut en effet faire des liens avec modération à l’intérieur d’une page, mais il faut être généreux au sens large.

Juste pour la petite simulation, c’est assez simpliste, mais ça montre bien comment ça fonctionne. Il y a seulement un principe mathématique de base qu’il faut garder en tête, (c’est la base de l’algo)? C’est que la somme de tous les petits rancks de toutes les pages présentes sur Internet est égale à un. C’est le premier principe de se dire, la somme de toutes les pages vaut un.

Ici, je simule un truc. Je me crée une première page sur Internet. C’est la première qui est arrivée. Je fais mon calcul de PageRank, ça vaut 1. Je rajoute une deuxième page, un autre site internet qui vient de se lancer. Je calcule mon PageRank les deux valent 0,5. Jusque-là, tout va bien. Je rajoute une troisième page, je calcule mon PageRank. Chacune des pages a pris un tiers du PageRank disponible. On n’a que des pages qui ne sont pas liées les unes contre les autres.

Que se passe-t-il si, soudain, la page une se dit « tiens, je vais faire un lien vers la page deux ? Je rajoute ce lien. Je vais recalculer mon PageRank. La page zéro et la page une ont donc gardé finalement le même niveau de PageRank. Il a baissé un peu forcément puisqu’on a rajouté un lien. Mais ici la page deux est venue exploser. Donc juste en rajoutant ce lien. Ma page deux est devenue plus populaire que la page une ou la page zéro. Ça, ça peut marcher en externe. 

Maintenant, imaginons que le propriétaire de la page zéro se dise « Tiens, mais cool, et si moi je venais rajouter des pages sur mon site ? ». Il vient ajouter ici trois pages sur son site. Je vais recalculer mon PageRank. Qu’est-ce qui se passe ? Ma page zéro qui était bien plus faible que tous les copains jusqu’à présent, juste en ayant créé des pages dans son site et en faisant des liens depuis ses pages vers sa page à lui, a augmenté son PageRank. Ça veut dire que quand je veux faire de la popularité sur mon site, je peux obtenir des backlinks qui certes vont amener beaucoup de puissance, mais je peux aussi utiliser mon propre site pour me créer mon propre répertoire à PageRank et venir créer moi-même ma popularité au niveau de mes pages.

Là, on est vraiment sur des popularités au niveau des pages. Je ne parle pas de domaine authority, je parle de la force des pages les unes entre les autres. On le voit et après on peut faire des choses un peu rigolotes. En imaginant que je rajoute des liens ici et ici… J’ai juste rajouté des liens… Alors je vais forcément ici baisser en termes de PageRank puisque je vais diluer un peu tout ça. Mais en fait, en rajoutant ces liens-là, les autres pages ont aussi grandement baissé. Donc cette page la a encore gagné en puissance.

Christophe VIDAL: Et puis si je viens juste faire des petites choses comme ça, avec des liens aller-retour, je vais recalculer mon truc. Certes, cela a baissé, mais les autres ont baissé plus encore en quantité et en termes de relativité. D’un point de vue relatif, cette page a encore gagné énormément en PageRank. Ça se sont les logiques de maillage d’un cocon sémantique dont on va reparler tout à l’heure. Ce qui veut dire que vous pouvez facilement, en travaillant votre maillage interne, optimiser vos pages.

Nicolas ROUSSEL: C’est ce que vous expliquera Alexandre.

Alexandre MAROTEL: Parfois, on se demande pourquoi est-ce que Google, finalement, est devenu le moteur de recherche aussi puissant qu’il est aujourd’hui ? Et en fait, le PageRank pour moi en tout cas, c’est vraiment l’un des éléments qui a fait la différence par rapport aux autres moteurs de recherche. En tout cas, c’est vraiment à ce moment-là en fait que Google a explosé par rapport aux autres en termes de pertinence dans les résultats.

Christophe VIDAL: Et sur la partie crawl. En fait, c’est le PageRank et le fait qui se sont mis à crawler. Les autres c’étaient des annuaires avant, on saisissait des sites. Eux, ils ont lancé cette découverte automatique basée sur les liens.

Le cocon sémantique est-il du linkbuilding ?

Nicolas ROUSSEL: Alors comment obtenir des liens sur votre site web ?

Christophe VIDAL: Il y a tout un tas de méthodes donc celle-là on va passer vite.

Nicolas ROUSSEL: Quelle est la différence entre Backlink et maillage interne ?

Christophe VIDAL: Un lien reste un lien. En fait, le truc, c’est que quand tu reçois un lien d’un site Internet qui est déjà puissant, qui a déjà plein de pages et qui lui-même reçoit déjà plein d’autres liens, forcément, ce lien est plus puissant que si tu rajoutes une page dans ton site. Mais dans tous les cas, une page amène du PageRank.

Alexandre MAROTEL: Ce qui intéressant, c’est qu’en fait avec le maillage interne, on va vraiment pouvoir avoir la main sur les pages qu’on veut prioriser. Alors qu’avec les backlinks (mise à part si on fait de l’achat) ce sont des liens purement naturels, c’est simplement un autre site qui va vous faire un lien. Et du coup, ça sera peut-être sur une page qui n’est pas prioritaire pour vous. Avec le maillage interne, on peut vraiment structurer les choses de la manière dont on l’entend.

 

Différence ente backlink et maillage interne

 

Nicolas ROUSSEL: Tout à l’heure, on disait qu’il fallait structurer le contenu de son site avec des pages en fonction du tunnel de vente. Là, c’est un peu pareil pour moi sur la partie liens. C’est-à-dire que ne faut pas non plus faire des liens dans tous les sens. Le sens des liens et ce que tu vas lier comme page, il faut le faire de façon correcte. C’est bien ça la partie sémantique ?

Alexandre MAROTEL: La partie cocon, finalement, ce n’est rien. Je vais résumer ça de façon un peu expéditive, mais avant, disons que les liens étaient utilisés un peu de manière anarchique. Alors que là, avec le courant sémantique, l’objectif, c’est vraiment de se dire qu’il y a des pages qui vont être des pages importantes, des pages prioritaires. Donc on va construire une structure et faire des liens vers ces pages qui sont des pages prioritaires. C’est réellement une façon de structurer les liens, mettre par exemple une page qui est importante au-dessus d’une autre page et donc du coup mettre ces liens-là un peu plus haut dans le contenu, et ce qui est un peu moins important un peu plus bas. Bref, il y a, c’est simplement la manière de structurer les liens.

 

infographie cocon sémantique

 

Christophe VIDAL: Il faut juste bien comprendre cette notion et pourquoi le cocon sémantique fonctionne, que ce soit en tant que maillage interne ou maillage externe. Réfléchissez vos cocons sémantique en off site parce que la démo que je vous ai faite sur le PageRank, elle est biaisée. Et elle a évolué dans le temps. Ça, c’était le PageRank original. Au départ, il suffisait que je fasse un lien et je possèdais de la popularité. Aujourd’hui, en fait, Google s’appuie sur une notion qui s’appelle le PageRank thématique et il faut que les deux pages qui se font des liens les unes entre les autres soient proches d’un point de vue sémantique, d’un point de vue contenu et d’un point de vue sujet abordé pour que le PageRank passe réellement tel que je viens de le montrer dans la démonstration. Si je fais un lien entre en une page qui parle de chaussette et une page qui parle de carottes, le passage de jus SEO sera nul. Il n’y a pas de logique. Il ne sera pas nul, mais il sera très faible. Il n’y a pas de logique. Alors que si je fais un lien entre une page sur le jardinage et une page sur les carottes, là j’ai de la logique et le jus va passer.

 

Pagerank thématique

 

Nicolas ROUSSEL: Alexandre ?

Alexandre MAROTEL: Je pense que là-dessus, tout a été dit. Pour moi, c’est vrai. C’est exactement ce que je viens de dire Christophe. Pour compléter, c’est vraiment une question de pertinence entre les différents sites. Donc si vous obtenez des liens, l’objectif, ce n’est pas forcément de faire du quantitatif, c’est réellement d’avoir des sites web qui soient pertinents par rapport à votre secteur. Donc si jamais vous obtenez beaucoup de liens provenant de sites Web qui sont très loin de votre secteur, est-ce que ça aura un impact? Oui, mais est-ce que ça va avoir un impact faible ? Oui aussi. Du coup, moins de liens, mais plus qualitatif. C’est sans doute la meilleure chose à faire.

Nicolas ROUSSEL: Alors là tu nous présentes un exemple de cocon. C’est ça, Alexandre ?

Alexandre MAROTEL: C’est un exemple m’a été donné par Christophe. Là, par exemple, on est sur le mot clé important « lunettes ». Et ce qu’on voit ici, c’est qu’on va faire graviter autour de lunettes d’autres types de contenus. Je prends un exemple avec « verres correcteurs ». Et ensuite l’autre élément en dessous, ce sont les « matériaux ». Donc du coup, on va sur une page sur les matériaux ou sur les fabricants, etc et on va faire des liens vers qui vont remonter vers les verres correcteurs. Et ensuite sur cette page verres correcteurs, on va faire un lien qui va remonter vers la page lunettes. Et ce qu’on voit, c’est que d’un point de vue du jus, ce qu’a montré Christophe auparavant avec son avec son petit graphique, c’est qu’on va faire remonter la puissance SEO vers un mot clé qui va être potentiellement assez compétitif et nous permettre d’être visible par conséquent.

 

Exempel de cocon sémantique

 

Christophe VIDAL: L’idée, c’est vraiment de se dire et c’est un petit peu, pour le coup, une évolution importante dans le web. Depuis toujours on se dit : à une expression clé égale une page. C’est toujours le cas. L’expression clé lunettes, c’est une page du Net. Mais en fait, pour venir se positionner sur une page du Net, si je ne fais qu’une seule page sur la lunette, il n’y a aucune chose que je vienne de sortir. En fait, on utilise les mécanismes du PageRank. Le cocon sémantique, c’est à la fois une technique de contenu et de maillage interne, de netlinking. Et on utilise ce mécanisme de PageRank pour se créer de la puissance en interne.

Christophe VIDAL: Je citais sur cette slide notre éminent expert du cocon sémantique, Sylvain Peyronnet. J’aurais pu citer Laurent Bourrelly qui est l’inventeur de la méthodologie. Mais Sylvain nous explique que le cocon sémantique, c’est un levier de netlinking. Ça fonctionne parce qu’il y a des liens.

 

Sylvain Peyronnet et cocon sémantique

 

5 stratégies de linkbuilding

Nicolas ROUSSEL: Alors quelle stratégie de Linkbuilding?

Christophe VIDAL: Le linkbuilding externe option 1: on fait du joli contenu et on attend que ça arrive. J’en vois encore qui attendent depuis très très longtemps ! Option 2 alors on va essayer d’être un peu plus violent. Donc on est sur du link baiting toujours, mais on peut essayer de commencer à parler avec des gens, interagir sur les communautés, citer des gens, aller un peu plus loin, faire des infographies et là les liens risquent peut-être d’arriver un peu plus naturellement. 

 

Niveaux de difficulté pour les backlinks

 

Les deux premières étapes, c’était la partie naturelle. C’est ce que Google nous demande de faire. Créer des super contenus, et naturellement des bons liens vont arriver. Ça arrive, on ne va pas se mentir, ça arrive. Maintenant, il y a des sujets et des thématiques où ça va être compliqué. On sort un peu du sujet, mais si je suis vendeur de chaussures avant de me prendre des liens naturels sur ma page Adidas, ça va prendre du temps quand même. 

Donc derrière, malheureusement, on va venir se rapprocher très dangereusement de la frontière des guidelines de Google en rappelant que les guidelines de Google ne sont que des guidelines, que des préconisations pour répondre aux attentes de Google. Ce n’est pas la loi qui dit qu’on n’a pas le droit d’acheter des liens, on n’a pas le droit de faire des PBN. C’est Google qui a décidé que pour lui, ce n’était pas bien. 

Donc les autres techniques qui vont nous permettre aujourd’hui de facilement obtenir des liens, c’est d’acheter des liens. On peut acheter des liens directement à des éditeurs de sites. On n’est pas du tout obligé de passer par des plateformes. Si sur ma mathématique, je trouve un éditeur de site qui a un blog, qui parle de lunettes, qui parle du problème de la myopie, je peux très bien directement contacter cet éditeur, lui proposer « Est-ce que tu ne voudrais pas gentiment faire un lien vers mon site ? ». Après ça peut être en échange d’argent, en échange de contenus, ça peut être en échange de plein de choses. Dans tous les cas, il y a forcément une rémunération à mettre en place. 

En extrapolant ce principe d’échange de liens entre guillemets. Il y a des plateformes qui se sont créées pour vendre des liens, donc vous les connaissez, on va pas toutes les citer. Allez on va en citer quelques unes : Semjuice, RocketLink, Next Level, Access Link, il y en a des dizaines en France. Je pense que la France est certainement le pays ou on a le plus de plateformes d’achat de liens dans le monde parce que dans tous les autres pays les gens disent acheter des liens, ce n’est pas bien. Et nous, en France, on est à fond là-dessus, donc on a une pléthore d’offres. Et force est de constater que ça fonctionne en attendant un nouveau pingouin qui arrivera peut-être. Petit rappel pour les gens qui nous écoutent, le pingouin, c’était un algorithme de Google (ils aiment bien donner des noms un peu imagés) qui en 2012 avaient fait un peu le holà sur cette partie lien, mais qui avait fait surtout une mise à jour et des pénalités sur deux gros critères:

  1. Un trop grand nombre de liens et surtout un trop grand nombre de liens dans un court laps de temps. C’est-à-dire qu’avant 2012, si je prenais 10 000 liens en trois jours, j’étais premier sur ma requête sans poser de problème à personne.
  2. Le deuxième gros critère du Pingouin, c’était l’optimisation des ancres, le texte sur lequel on vient faire pointer le lien.

Le pingouin, je peux vous en parler assez facilement puisque moi, à l’époque, j’étais e-commerçant et que je l’ai pris dans la tête. Je le connais bien. J’ai pu le gérer, j’ai su comment on en sortait. Mais aujourd’hui, le pingouin n’existe plus. 

Aujourd’hui, quand un lien est considéré comme étant néfaste, Google va avoir tendance à l’annuler, ne le prendra pas en compte. Par contre, évidemment, si du jour au lendemain, vous prenez 15 millions de liens, ça peut poser un problème. Et je dis encore que… parce que sinon, ça serait très facile de venir faire du negative SEO pour dégommer son concurrent. Demain, j’enverrai 15000 liens pourris vers Alexandre et il disparaîtrait de Google. Non, ça n’existe pas parce que des liens pourris, je peux les acheter. 15000 liens pourris, je peux acheter ça pour une bouchée de pain. Et pour autant, je ne vais pas venir détruire Alexandre. Il faut être très relatif par rapport à ces notions de liens. Aujourd’hui, c’est très compliqué pour Google de venir pénaliser des liens. Donc aujourd’hui, qu’est-ce qu’il fait ? Si un lien est considéré comme étant mauvais. Il n’a pas de valeur. Point barre.

Allez après on continue en s’enfonçant un peu plus dans le anti guidelines Google. Là, ce sont des techniques un peu poussées, souvent des techniques d’automatisation ou de recherche un peu violentes. On va aller chercher des endroits où on peut poser des liens gratuitement sans avoir à les payer, tout en restant dans la légalité. Mais je pense à aller automatiser des commentaires sur des blogs. Ce genre de choses là, ça fonctionne encore, ça fonctionne moins bien évidemment, mais ça fonctionne encore. Et la dernière arme ultime du NetLinker, c’est ce qu’on appelle le PBN. C’est un mot qui est un acronyme qui veut dire Private Blog Network. Historiquement, c’était de créer soi-même ses propres réseaux de sites satellites autour de son site et puis finalement de faire du maillage entre ces différents sites. Là on sait que Google peut considérer ça comme étant une stratégie artificielle et donc venir la faire tomber et nous pénaliser. Dans la pratique, c’est plus souvent quand on est face à une dénonciation que Google va aller voir si on a un réseau de sites et le faire tomber. Maintenant, aujourd’hui, il faut bien se rendre compte que tout le monde fait du PBN.

Je vais faire certainement tomber Olivier Andrieu de sa chaise s’il regarde sur ce webinaire. Olivier Andrieu, le chevalier blanc du SEO, a un réseau de sites puisqu’il y a Abondance, il y a Réacteur, il y a un Format SEO et que tous ces sites font des liens les uns entre les autres. Donc d’une manière ou d’une autre, on est sur un réseau de type PBN. Certes de très bonne qualité, mais à partir du moment où j’ai plusieurs sites qui m’appartiennent et qui viennent manipuler du PageRank, je suis face à un PBN. Alors après quand on fait des choses un peu moins propres, et bien il y a la logique de PBN qui est de se dire essayons de vivre heureux, vivons cachés. Il existe des techniques pour cacher ses liens sur un PBN. 

Ça c’est une vision un peu globale. J’essaie de tout présenter finalement les différents types de liens possibles et imaginables que vous pouvez obtenir dans une seule slide. Des liens sur des blogs, des guides, des forums, des annuaires, des portails d’actualités, des partages de Web 2.0 et forcément avec la notion de difficulté pour obtenir ce lien. Et plus, je vais aller chercher un lien sur un site de notoriété, plus ça va être difficile ou tout simplement plus ça va être cher.

Attention aux liens que vous achetez sur des sites très chers. Je pense notamment à des liens que vous allez acheter sur des plateformes, sur des sites internet, de la presse, etc. Ce n’est pas toujours aussi efficace qu’on pourrait le penser parce que Google peut avoir tendance à se dire OK, ce site-là fait quand même beaucoup de liens et du coup il fait ce que je disais tout à l’heure, il y a tendance un peu le cramer.

Nicolas ROUSSEL: Il faut des liens Dofollow aussi. Ce qui n’est pas le cas de tous les sites.

Christophe VIDAL: Je ne parlerais pas du no follow puisque je considère que c’est un type de liens qu’il ne faut jamais utiliser. On va être cash. C’est une connerie des liens no follow, où que ce soit. Si vous en faites, c’est qu’il y a une erreur quelque part.

Je vais vous donner un petit exemple, mais c’est totalement un exemple. Dire voilà. Pour un site internet, on pourrait très bien imaginer une première stratégie sur six mois avec cinq annuaires, trois communiqués de presse, deux web 2.0, un partenariat, un lien sponsorisé et peut être trois PBN. Là on est sur du rythme d’une dizaine de liens par mois. Certains vont trouver ça très bourrin, ça peut l’être dans certaines situations, mais c’est un exemple de choses qu’on pourrait faire.

 

Stratégie de backlink sur 6 mois

 

Les ancres

Dernier point très important sur cette partie netlinking. Je crois que j’en aurais terminé après. C’est la typologie des ancres puisque c’est vraiment là que se trouve la puissance des liens. Aujourd’hui, on peut enfin faire un lien entre une page A une page B avec plusieurs possibilités de texte sur lequel on vient ancrer le lien. 

Le premier, c’est un autre de type branding. Celui là, vous êtes tranquille, vous n’aurez jamais de soucis. Si je fais un lien en utilisant l’ancre Twaino, aucun problème, le jus va passer et je n’aurai jamais de problématique avec Google. Google considère qu’un lien sur un branding est tout à fait légitime. 

Deuxième lien totalement légitime, c’est un lien sur le nom de domaine. Je ne suis pas sûr exactement de ton nom de domaine Alexandre, mais imaginons que c’est twaino(.)fr, si je fais le lien là-dessus, on est vraiment sur un lien de type branding. On est sur un lien qui est propre. Pas de souci. 

Là où je commence à venir un peu plus à un peu plus limite, c’est si je fais un lien dans mon article en disant “consultant SEO Paris” et que je fais que j’envoie ce lien sur le site d’Alexandre. Là, on est sur ce qu’on appelle une ancre exacte, c’est-à-dire que j’ai mis dans mon lien l’expression clé exacte sur laquelle Alexandre veut se positionner. Alors on ne va pas se cacher. C’est l’ancre de liens qui fonctionne le mieux. C’est miraculeux. Ça fonctionne très, très bien. Ça va aider très rapidement Alexandre à se positionner sur Consultant SEO Paris. Attention à utiliser avec grosse modération puisque c’est clairement là où on peut se faire toper. Là encore, il faut regarder ce qui se passe sur la concurrence. Il y a des domaines ou des ancres exactes, et ça passe très bien. Donc pourquoi pas jouer le jeu tant que ça joue ? Et le jour où ça ne jouera plus, tout le monde va se prendre la pénalité dans la tête. 

Il y a des ancres génériques. Celle-là elles sont passe partout : « En savoir plus », « découvrez », « cliquez ici ». Elles sont tranquilles. Et puis, il peut y avoir des ancres partielles. Alexandre veut se positionner sur Consultant SEO Paris, peut-être qu’on peut aller chercher une ancre partielle sur « quel est le meilleur consultant SEO en Ile de France » ? Voilà, je n’ai pas mis Paris. J’ai remplacé Paris par l’Ile de France. J’ai rajouté un peu de contenu « consultant », « meilleur » blabla. Peut-être que c’est une bonne technique pour faire des ancres intelligentes. Après, moi je donne souvent un exemple qui se trouve à côté de chez moi. Il y a une petite ville qui s’appelle Villefranche sur Saône et les habitants de Villefranche sur Saône s’appellent les Caladois. Donc peut-être que de manière intelligente, si je veux me positionner sur consultant Villefranche sur Saône, je vais mettre « le meilleur consultant Caladois ». Là Google va faire l’association et je ne suis pas sur une ancre exacte. C’est génial.

Cet article est un résumé de notre webinaire « Comment maîtriser le SEO B2B en 2022 » avec la particpiation de Christophe Vidal (agence Gone401) et Alexandre Marotel (agence Twaino).

Pour tout vos besoins en référencement, contactez l’agence I AND YOO.

 

P.S. Lorsque vous serez prêt... Voici 3 façons dont je peux vous aider à développer votre activité :

 

  1. Inscrivez-vous à ma newsletter
    Recevez mes derniers conseils pour attirer des prospects, signer des clients et faire évoluer votre entreprise. Recevoir la newsletter hebdomadaire
  2. Faites-vous coacher
    La solution de coaching que vos équipes marketing vont adorer… Et vous aussi ! Cliquez ici
  3. Travaillez avec moi et mon équipe en privé
    Si vous souhaitez travailler directement avec moi et mon équipe pour doper vos ventes... Envoyez-moi simplement un message et mettez "Privé" dans l'objet... Parlez-moi un peu de votre entreprise et de ce sur quoi vous aimeriez travailler ensemble, et je vous donnerai tous les détails !Envoyez-moi un message

Auteur : Nicolas ROUSSEL

De formation marketing et commercial, j'accompagne depuis plus de 20 ans les entreprises technologiques dans leur développement. J'ai créé l'agence I AND YOO pour répondre aux problématiques de génération de leads en vente complexe.